Accueil
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks, a business unit of Nuevvo Webware Ltd.

Communiqué de Presse : Souvenons-nous du génocide des Arméniens

Souvenons-nous du génocide des Arméniens

Aujourd’hui, les descendants des rescapés du génocide des arméniens sont réunis pour rendre hommage au million et demi d’enfants, de femmes et d’hommes assassinés en 1915 en Turquie parce qu’ils étaient arméniens. Ibuka France leur exprime sa sympathie, son amitié et son indéfectible soutien dans le combat qu’ils mènent contre l’infamie du négationnisme. La célébration de son centenaire il y a deux ans l’a prouvé, le crime commis contre les arméniens en 1915 est un génocide. Et pourtant, la dernière tentative pour faire voter une loi interdisant de le nier ou de le banaliser a buté sur le fait qu’il n’aurait pas fait l’objet d’un procès. Parce qu’ils n’auraient pas eu droit à la justice, ils sont condamnés à subir l’épreuve d’un déni perpétuel. Une mémoire non reconnue est une mémoire douloureuse. La banalisation du mal est une porte ouverte à sa répétition.

Nous demandons au gouvernement qui sortira des élections en cours de tout faire pour alléger le lourd fardeau de l’impunité et du déni que chaque génération des arméniens est contrainte de léguer à sa descendance. C’est une exigence du combat pour la dignité de la personne humaine et contre les menaces de l’extrémisme radical à la sécurité humaine.

A Paris, le 24 avril 2017.

Contact: e-mail:  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

Retour sur la semaine parisienne de lutte contre le racisme et l’antisémitisme

En partenariat avec la troupe Mpore et la Mairie de Paris,Ibuka France a participé à la deuxième édition de la semaine parisienne de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, en proposant un spectacle culturel, des danses rwandaises,  le 24 mars 2017. Revivez ce moment inoubliable par cette vidéo et photos. Cliquer, ICI
 

Deuxième semaine parisienne de lutte contre le racisme et l’antisémitisme

Ibuka France participe à la 2ème semaine parisienne de lutte contre le racisme et l’antisémitisme organisée par la Mairie de Paris du 18 au 26 mars 2017. Au programme avec le partenariat de la Mairie du 2ème, de la Troupe Mpore et Marie Violaine Brincard:

  • le 23 mars à 20h: une projection d'un film sur les justes « Au nom du Père, de tous, du ciel, de Marie Violaine Brincard», ceux qui, au péril de leur vie, ont sauvé les Tutsi menacés de mort. Belle illustration du refus de la discrimination. Adresse: Salle d'expositions (Mairie du 2ème) au 8, rue de la Banque 75002 Paris. Annonce de l'événement sur le site de la Mairie de Paris, que faire à Paris
  • le 24 mars à 19h30:un spectacle culturel avec le partenariat de la Troupe Mpore : danses rwandaises . Promouvoir la découverte des autres cultures est un élément constitutif du combat pour la compréhension mutuelle et contre le racisme et les discriminations que génère le déni de l'autre. Adresse: Salle Jean Dame au 17, Rue Léopold Bellan 75002 Paris; Métro : Sentier. Annonce de l'événement sur le site de la Mairie de Paris, que faire à Paris

Programme complet de la Mairie de Paris, cliquez ICI

Nous comptons sur votre présence 

 

La 23ème commémoration du génocide des Tutsi à Paris

 7-Plaque3La 23ème commémoration du génocide des Tutsi à Paris le 7 avril 2017 s'est déroulée en trois temps: au jardin de la mémoire avec un témoignage d'Emmanuel Rugema, une lecture d’un testament d’un père déporté d'Auschwitz par Mme Malka Braun suivis par des prises de paroles officielles:  du Président d'Ibuka France, du Son Excellence, Monsieur l'Ambassadeur du Rwanda en France et un discours de Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris et enfin des dépôts de gerbes des fleurs devant la plaque inaugurée le 7 avril 2016 (photo ci-contre).

Parmi les prises des paroles au début de cette cérémonie au Jardin de la mémoire, nous pouvons citer le discours du Président d'Ibuka France qui s'est exprimé en ces termes:

Exc. Mr l’Ambassadeur, Mme la Maire de Paris, Mr le Maire du 13ème, Mes dames et Messieurs les élus, Chers amis,

Ceux qui étaient ici l’année dernière le savent. Cet espace nous a été accordé pour que les rescapés aient un lieu où ils peuvent à tout moment se donner RdV et se rencontrer, pour rendre hommage à ceux que le génocide commis contre les Tutsi en 1994 leur a enlevé et partager leur histoire avec les parisiennes et les parisiens. Officiellement, on l’appelle le Jardin de la Mémoire. Personnellement, je l’appelle le lieu de la solidarité, l’espace de la fraternité ou de l’universalité. Désormais, les rescapés ont un espace où ils se rencontrent autant de fois qu’ils le souhaitent, pour rire et/ou pour pleurer, un peu comme une maison qui abrite leurs secrets et leur joie.

On est loin de l’époque où, faute d’un lieu approprié, nous nous retrouvions qu’une seule fois dans l’année, le 7 avril. Il fallait des mois avant de pouvoir l’annoncer le Rdv, car on ne pouvait jamais savoir à l’avance à quelle adresse aura lieu la rencontre. Pour beaucoup d’entre nous, cet épisode a rappelé chaque année de mauvais souvenirs. Ils ont cru revivre le printemps de l’année 94 au Rwanda. Le 7 avril 1994, tous les Tutsi se sont trouvés condamnés à vivre dans l’errance, obligés tous les jours à fuir. Collectivement accusés de nuisance, de haïr leurs voisins et de projeter de les tuer, ils ont été pourchassés, écrasés comme des insectes, des cafards, pilés au mortier, coupés à machette, ligotés et jetés dans les fleuves, brûlés vifs, violés, rejetés hors de la communauté humaine, tous, sans distinction, des enfants comme des adultes, des femmes comme des hommes, des riches comme des pauvres. Mais on a tenu. On a tenu à cause du souvenir, à cause de la mémoire. Rien de telle que la corde pour soutenir le pendu.

 

Invitation à la 23ème Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda à Paris

Du 7 avril 1994 au 7 avril 2017, l'amour que nous portions à nos parents, nos frères, sœurs, nos enfants et à nos amis n'a pas disparu le jour où ils ont été assassinés. La cérémonie de commémoration aujourd'hui organisée a pour but de leur dire merci pour la vie et la joie qu'ils nous ont données, de leur rendre hommage, de remettre de la dignité là où la haine a mis l'humiliation, de dire aux rescapés que leur douleur est la nôtre, que leur courage fait notre fierté, que la commémoration n'est pas une plainte mais une révolution, à ceux qui ont voulu nous exterminer que nous existons encore, d'exiger du monde qu'il nous vienne en aide. Il y a 70 ans, un homme a dit "plus jamais ça". Et ça s'est reproduit. Qu'est-ce qu'on doit dire et qu'est-ce qu'on doit faire aujourd'hui pour que ça ne se reproduise pas. "That is the question!"

Ibuka France, en partenariat avec la Mairie de Paris et Médecins du Monde, vous invite à la 23ème commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda; l'invitation est ci-jointe, cliquez ICI; le programme complet, cliquez ICI

Nous comptons sur votre présence 

 

Page 4 sur 25