Accueil
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks, a business unit of Nuevvo Webware Ltd.

Communiqué de Presse d'Ibuka Europe: pardon du Pape

Le Pape demande pardon pour les fautes de l'église catholique dans le génocide des Tutsi. Ibuka Europe en a pris connaissance et salue la solidarité exprimée par le Pape envers les rescapés par un communiqué ci-joint.
 

Réaction d'Ibuka France: rapprochement Macron-Bayrou comparé avec les Hutu et les Tutsi par le Sénateur Pierre Charon

Ibuka France a réagi aux récents propos tenus par le Sénateur Pierre Charon: rapprochement Macron-Bayrou comparé avec les Hutu et les Tutsi ; une lettre a été adressée au Sénateur ce 25 Février 2017. 

Monsieur le Sénateur,

En réaction au rapprochement entre le Président du Modem, François Bayrou, et le Fondateur de la France en Marche, M. Emmanuel Macron, vous avez publié un tweet ainsi libellé : « Quand les Hutu rejoignent les Tutsi, c’est donc la preuve que Macron est le candidat de Hollande ». Les rescapés du génocide des Tutsi du Rwanda et tous les Français qui, depuis plus de 20 ans, travaillent sur ce sujet sont profondément choqués par une comparaison aussi abusive. Qui de Bayrou ou de Macron est Hutu ou Tutsi ? Quel rapport entre les Rwandais, Hutu et Tutsi, et MM. Bayrou et Macron ? On cherche…en vain !

En banalisant un crime reconnu que partout ailleurs on réprime, vous n’avez pas seulement insulté la mémoire des victimes, vous avez aussi manqué à votre devoir d’élu. Vous devriez plutôt aider vos électeurs à comprendre la fulgurante ascension d’un homme inattendu, M. Macron ; à comprendre les raisons qui ont poussé M. Bayrou à faire le choix de s’allier à M. Macron. Au lieu de cela, vous leur proposez un mythe venu de l’ethnographie racialiste du début du XXème siècle à propos des « tribus » africaines. Dans ce Tweet, vous avez à la fois jeté le voile de la banalité sur le pire des crimes et cherché à endormir vos électeurs en leur racontant des histoires teintées d’exotisme. Ce n’est pas digne d’un responsable politique. Autant, l’alliance politique entre M. Macron et M. Bayrou est sans rapport avec l’histoire des Hutu et des Tutsi, autant votre Tweet fait étrangement écho à la propagande divisionniste et raciste qui a précédé et accompagné le génocide des Tutsi au Rwanda.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de présenter des excuses publiques aux rescapés que vous avez offensés et au peuple français qui attendait de vous autre chose qu’un mythe emprunté à l’Afrique.

Marcel Kabanda

Président d’Ibuka France

Fichier, ci-joint

 

Communiqué de Presse: contre la libération anticipée de génocidaires rwandais

Hier, nous avons appris par une dépêche de l’AFP que le juge Theodor Meron a accordé une libération anticipée à deux prisonniers rwandais condamnés pour leur implication dans le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Parmi eux, il y a l’historien Ferdinand Nahimana, condamné pour son implication au plus haut point dans la création, dans le recrutement des journalistes, dans le fonctionnement et dans la définition de la ligne éditoriale de la Radio Libre des Mille collines (RTLM), celle qui, dès août 1993, a fait campagne contre l’application des accords de paix, semant la peur et la haine, appelant à la guerre ethnique. Celle qui, dès avril 1994, s’est instituée comme l’état-major des mots, diffusant les directives visant clairement à ériger des barrières, à contrôler la circulation des Tutsi et à les massacrer sans distinction.

La libération anticipée des prisonniers est une pratique courante. Le juge Meron n’a pas violé le Code pénal. Mais on peut se demander si elle est accordée sans condition. Nahimana Ferdinand n’a pas été condamné pour un crime isolé et marginal, mais pour avoir contribué à conditionner des milliers de personnes à commettre un génocide. A notre connaissance, cet homme n’a jamais reconnu sa faute et n’a jamais exprimé un quelconque remords. Selon la dépêche, Nahimana aurait montré des signes de réhabilitation. Le juge Meron aurait soulagé les rescapés en les rendant publics. Ils sont aujourd’hui accablés par une mesure prise dans l’ignorance totale de leur souffrance et sans aucune considération pour la mémoire des victimes.

Pour ces motifs, nous demandons au nouveau Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres de relever le Juge Theodor Meron de ses fonctions dans le dossier Rwanda. Sa présidence du TPIR s’est illustrée par des décisions par trop clémentes à l’égard des responsables au sommet du gouvernement rwandais qui a orchestré le génocide.

Par respect pour l’indépendance de la justice, nous avons évité de le dénoncer. Mais s’il entreprend de les libérer l’un après l’autre, nous craignons que cela annule les effets d’une action initiée par la communauté internationale afin de pacifier et réconcilier par la vérité et la justice le peuple rwandais. Au nom de leur responsabilité à prévenir et réprimer les actes de génocide, nous invitons les Etats membres de l’ONU à ne pas se rendre complices d’une mesure qui s’apparente au déni du génocide et à l’impunité de ceux qui l’ont perpétré. Aussi, nous leur demandons de ne pas recevoir sur leur sol des hommes condamnés pour ce crime et libérés avant d’avoir purgé la totalité de leur peine.

Peut-on dénoncer les discours nauséabonds qui circulent aujourd’hui sur les réseaux sociaux et traiter avec légèreté la propagande de haine qui a précédé et accompagné le génocide des Tutsi ?

Fait à Paris, le 16 décembre 2016

Marcel Kabanda, Président d'Ibuka France 

Contact : e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

Colloque sur l'enseignement et l'apprentissage de l'histoire du génocide des Tutsi du Rwanda à Bruxelles

Ibuka Belgique organise un colloque " L'enseignement et l'apprentissage de l'histoire du génocide des Tutsi du Rwanda". Etat actuel de la question, enjeux, défis et perspectives, le 24 mars 2017 à Bruxelles:

Programme complet de la journée, ICI et sur son site 

 

Assemblée Générale annuelle d'Ibuka France

Vous êtes convoqués à l'Assemblée Générale annuelle ordinaire de votre association Ibuka France qui se tiendra le Samedi 18 Février 2017 de 10 à 16h00  à l'adresse: Maison des Associations, 38, Bd Henri IV, 75004 Paris (Entrée au 3, rue des Lesdiguières ) Métro : Bastille

L'ordre du jour : 

1- Présentation des Rapports d'activités et Financiers
2- Renouvellement du CA qui élira un nouveau bureau
3- Perspectives 
4- Questions diverses

Rappels

1- Le CA et le bureau actuels arrivent au terme de leur mandat. Leur renouvellement est un signe de l'engagement de chacun et un gage de la pérennité de notre association. C'est donc une AG ordinaire à caractère exceptionnel. 

2- Pour le bon déroulement des activités de votre association, nous vous demandons, à l’occasion de cette Assemblée générale annuelle, de vous acquitter, si vous ne l’avez pas encore fait, de votre cotisation de l’année 2016 et d’en faire autant pour 2017 d’un montant de 20 Euros par chèque à l’ordre d’Ibuka France et l'envoyer à l’adresse : Maison des Associations, 23 rue Greneta, 75002 PARIS

ou par virement bancaire dont voici ci-dessous le Relevé d’Identité Bancaire /International Bank:

Code banque 

Code guichet 

N° de compte 

Clé RIB 

30004

00363 

00010075669 

 77

|BAN : FR76 3000 4003 6300 0100 7566 977

BIC(Bank Identification Code): BNPAFRPPBBT

Nous comptons sur votre présence et soutien

 

Page 5 sur 25