Archives & Documents

livres

TÉMOIGNAGES PUBLIÉS SUR LE GÉNOCIDE PERPÉTRÉ CONTRE LES TUTSI DU RWANDA

Récits sur le génocide produits et publiés par des rescapés eux-mêmes

En France 

1- Adélaïde Mukantabana 

 L’Innommable – Agahomamunwa, un récit du génocide des Tutsi, L’Harmattan, 2016

2- Yannick Kayitesi-Josan 

  • Nous existons encore, Michel Laffont, 2004
  •  Même Dieu ne veut pas s’en mêler, Récit – Rwanda une vie apprès, Seuil, 2017

3- Béata Umubyeyi Mairesse 

  • Ejo, Nouvelles,La heminante, 2015
  •  Lézardes, La Cheminante, 2017

4- Aimable Kubana 

Tu es Tutsi mon fils, Récit ; Ed. Amalthée, 2014

5- Valens Kabarari et Elise Delage

Vivant  

Paru le 15 mars 2019

« Quand le président Habyarimana s’est fait abattre le six avril au soir, nous étions déjà au lit. Ce sont les cris et les chants qui nous ont réveillés le lendemain matin : Ikinani cyahanutse ( L’invincible est tombé !) résonnait dans tout le quartier pour célébrer l’assassinat de celui qui se faisait appeler « Ikinani », l’invincible. Ce matin-là, ma seule envie était de sortir dans la rue pour chanter avec mes camarades. Mais rapidement, à travers les yeux de mon père, j’ai compris qu’il ne fallait pas se réjouir : cette fête-là, je n’y avais pas droit, la nôtre allait bientôt commencer… » Suite

 En Belgique 

1-Félicité Lyamukuru          

L’ouragan a frappé Nyundo, Récit de Félicité Lyamukuru, rescapée du génocide des Tutsi, écrit par Nathalie Caprioli, Editions du Cerisier, Bxls, 2018

 2- Eugénie Mukamugema 

Une vie au Rwanda parmi tant d’autres, Izuba Editions, 2015

3- Pauline Kayitesi 

 Tu leur diras que tu es Hutu ; A 13 ans, une Tutsi au cœur      du génocide Rwandais, GRIP André Versailles Editeur, Bxls, 2011

4-Ingabire Rutayisire Angélique 

D’un cœur chagriné à une plénitude de joie, Ed l’Oasis, Bruxelles 2017

5- Spéciose Niwemugore 

 Pour que tu saches,Ed Izuba, Bxls, 2016

En Suisse 

1- Révérien Rurangwa         

Génocidé, Presse de la Renaissance, 2006

2- César Murangira 

Un sachet d’hostie pour cinq, récit d’un rescapé du   génocide des Tutsi commis en 1994 au Rwanda, Les Ed Amalthée, 2016

3- Mathilde Fontanet & Odette Habiyakare 

Sous les étoiles du Rwanda, dialogue de femmes entre génocide et paix, Métropolis, Genève, 2007

En Allemagne 

Esther Mujawayo & Souâd Belhaddad           

  • SurVivantes, Rwanda, dix après le génocide,  l’Aube, 2004
  •  La fleur de Stéphanie :  Rwanda entre réconciliation et déni.   Flammarion, 2006

Au Canada

 1- Philibert Muzima       

Imbibé de leur sang, gravé de leurs noms – Témoignage d’un survivant du génocide des Tutsi du Rwanda, Izuba Editions, 2016

 2- Berthe Kayitesi 

Demain ma vie, Enfants chefs de famille dans le Rwanda d’après, Ed Laurence Teper, 2009 (dcd)

Rwanda 

1- Charles Habonimana 

MOI, LE DERNIER TUTSI

Date de parution : 21/03/2019

« Il a suffi d’un mot pour que je devienne une proie, un enfant qu’il faut tuer. »

Il a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir. L’extermination des siens.
Son père et son oncle, assassinés devant lui. Sa mère, ses frères, ses sœurs, jetés vivants dans des fosses pleines d’excréments pour y mourir comme des bêtes. Ses grands-mères, ses tantes, abandonnées sans vie au hasard des fossés.
Il n’a que douze ans, mais il a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir.
Charles Habonimana est un survivant.  En avril 1994, lorsque son pays, le Rwanda, bascule dans l’horreur et la folie criminelle, il est condamné. Comme tous les autres Tutsi de Mayunzwe, son village. Comme tous les autres Tutsi du pays.
Ses bourreaux vont en décider autrement et faire de lui le symbole du génocide en marche. Il sera « le dernier Tutsi », celui que l’on tuera lorsque tous les autres, ceux du village, auront été éliminés. Placé sous ce terrible statut de mort en sursis, il voit tomber les siens, les uns après les autres. Hommes, femmes, enfants, vieillards. Peu importe.
Son témoignage revient sur ce qui fut l’une des plus terribles tragédies du siècle passé, en l’inscrivant dans l’Histoire des génocides du XXème siècle. Il se veut aussi un chant d’espérance pour l’avenir de son pays.

Pour plus d’informations, cliquez ICI 

2- Yolande Mukagasana     

  •  La mort ne veut pas de moi
  • Les blessures du silence,
  • N’aies pas peur de savoir
  • L’ONU et le chagrin d’une négresse, Aviso Edition, 2014

3- Elise Musomandera 

 Le livre d’Elise, Les Belles lettres, 2014

 4- Vénuste Kayimahe            

France Rwanda, les coulisses d’un génocide, témoignage d’un rescapé, Dagarno, 2002

5- Hildebrand Karangwa 

Le génocide au centre du Rwanda, une brochure rassemblant des témoignages de quelques rescapés de Kabgayi (le 2 juin 1994)

Aux USA 

1- Immaculée Ilibagiza     

Left to tell, Discovering God Amidst the Rwandan Holocaust, 2006

2- Consolée Nishimwe 

Tested to the limit : A genocide Survivor ‘s Story of Pain, Resilience and Hope

3- Frida Umuhoza Gashumba

Frida : Chosen to die Destined to live

Récits publiés par des Rwandais absents du Rwanda en 94, par des étrangers témoins du génocide ou ayant recueilli des témoignages des rescapé

Ce sont des récits produits soit par des Rwandais qui étaient absents mais qui connaissaient le pays parce qu’ils y étaient nés et parce qu’ils y avaient des parents ; soit par des étrangers présents au Rwanda pendant le génocide (Dallaire), ou ayant pris soin de recueillir des témoignages de rescapés (African Rihts ou Hatzfeld par exemple)

1- Scholastique Mukasonga

  • Inyenzi ou les cafards, Gallimard, 2006
  • La femme aux pieds nus, Gallimard, 2008
  •  Iguifou, Nouvelles rwandaises, Gallimard, 2010
  • Notre dame du Nil, Gallimard (Roman), 2012
  • Cœur Tambour (Roman), Gallimard, 2016

2- Gaël Faye

Petit pays, Beranrd Grasset 2016

3- African Rights 

Rwanda, Death, Despair and Defiance, 1994 (1èreédition), 1995 (2è édition)

 4- Jean Hatzfeld

  • Dans le nu de la vie, Seuil
  • Une saison de machettes, Seuil
  • La stratégie des antilopes, Seuil, 2005
  • Un papa de sang, Seuil, 2017

 5-Maria Malagardis (photos)

Rwanda, le jour d’après, récits et témoignages au lendemain du génocide, Editions d’Art Somogy, 1995

 6- Christophe Calais  (photos)

Rwanda, Le cri des morts, le silence des vivants, BBK Saola

7- Michel Bührer  (photos)

Rwanda, Mémoire d’un génocide, Le Cherche Midi Editeur, 1996

8- Annie Faure 

Les blessures d’humanitaire, Balland, 1995

9- Stéphane Audouin-Rouzeau

 Une initiation -Rwanda (1994-2016), Seuil, 2017

Pour plus d’informations et commande du livre: https://www.decitre.fr/livres/une-initiation-9782021308518.html#resume 

10- Jean-Philippe Stassen 

Déogratias (BD), Aire Libre, 2000

 11- Masioni Grenier Ralph 

Rwanda 1994, Descente en enfer (BD), Albin Michel, 2005

12- Patrick de Saint Exupéry 

La fantaisie des Dieux, Rwanda 1994, les Arènes, 2014

13- Romeo Dallaire

J’ai serré la main du diable, 2005

14- Toute la série des livres publiés en 2000 dans le cadre du projet « Ecrire par devoir de mémoire » et dont :

  •  Murambi le livre des ossementsde Boubacar Boris Diop,
  • La Phalène des collinesde Koulousy Lamko,
  • Nyamirambode Nocky Djedanoun,
  • La moisson des cranes de Waberi Abdourahman
  • L’ainé des orphelinsde Tierno Monenembo
  • Ecrire l’indicible. La Tragédie du Rwanda vue par le collectif « Ecrire par devoir de mémoire » de Anabel Apap

PRÉSENTATION

  1. Quatre ans après le génocide rwandais, dix artistes africains, les écrivains Véronique Tadjo, Koulsy Lamko, Nocky Djedanoum, Boubacar Boris Diop, Monique Ilboudo, Vénuste Kayimahé, Jean-Marie Vianney Rurangwa, Tierno Monénembo, Meja Mwangi, Abdourahman A. Waberi, le sculpteur Bruce Clark et le cinéaste Samba Félix N’Diaye, formant le collectif “Écrire par devoir de mémoire”, se rendent sur les lieux de la tragédie. Deux mois durant, ils visitent les sites du crime, dialoguent avec les survivants, questionnent les bourreaux. Leur but : transformer les souvenirs fragmentés du génocide en une mémoire collective, mettre en mots l’innommable, trouver une forme dépassant les limites entre l’écriture factuelle et l’écriture fictionnelle afin de saisir le génocide dans toute son horreur et sa dimension humaine. Comment dire l’indicible ? C’est à cette question que s’applique à répondre cet essai.

Spécialiste en littératures francophones et théories post-coloniales, Anabel Apap est docteur des Universités de Paris Sorbonne et de Malte. Ses recherches actuelles portent sur les questions migratoires dans la littérature et le cinéma méditerranéens et africains subsahariens.

Pour plus d’informations, cliquez ICI

15- Père Vito Misuraca 

Rwanda, Journal de l’enfer, Introduction de Piero Gbeddo, Gribaudi, La Commerciale, 1995

Les enfants d’Imana, histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien

A l’occasion du colloque organisé par l’association France Rwanda Génocide – Enquêtes, Justice et Réparations (FRG-EJR) sur les nouveaux apports sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi qui se tiendra à Paris le 12 novembre 2011, sera publié, à cette date, le livre de Jean-Luc Galabert, » Les enfants d’Imana, histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien », ainsi que de la sixième livraison de la revue « La Nuit rwandaise ».

LIRE ICI : http://izuba.info/editions/les-enfa…

UNE INITIATION. Rwanda 1994-2016 de Stéphane Audoin- Rouzeau

Mais que s’est-il passé ? Après trois décennies d’un parcours de recherche entièrement consacré, dès l’origine, à la violence de guerre, un « objet » imprévu a coupé ma route. On aura compris qu’il s’agit du génocide perpétré contre les Tutsi rwandais entre avril et juillet 1994, au cours duquel huit cent mille victimes au moins ont été tuées, en trois mois. Ce qui se joue ou peut se jouer chez un chercheur, dans l’instant tout d’abord, dans l’après-coup ensuite, constitue l’axe du livre qui va suivre. 
Car l’objet qui a croisé ma route ne s’est pas contenté de m’arrêter pour un moment : il a subverti, rétroactivement en quelque sorte, toute la gamme de mes intérêts antérieurs ». S A-R

Pour plus d’informations et commande du livre: https://www.decitre.fr/livres/une-initiation-9782021308518.html#resume 

Faire face au génocide des tutsi

Le génocide et sa négation sont structurellement liés. Avant d’être accompli, le projet génocidaire est dissimulé ; pendant son accomplissement, la réalité de l’extermination est démentie ; après avoir été perpétré, la nature même du génocide est déniée.

http://izuba.info/negationnisme/faire-face-au-negationnisme-du-genocide-des-tutsi/

"Rwanda, racisme et génocide" de Marcel Kabanda et JP Chrétien
Sorti le 5 septembre 2013
Le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 est emblématique de la catastrophe qui a frappé toute l’Afrique des Grands Lacs depuis une vingtaine d’années. Il n’a été le fruit ni d’une fureur conjoncturelle, ni d’une fatalité ethnographique ou biologique, mais il est le produit très moderne d’une option extrémiste, jouant du racisme comme arme de contrôle du pouvoir. En effet, cette mise en condition de tout un pays aurait été impossible sans l’inscription durable dans la culture de cette région d’Afrique d’une idéologie racialiste, discriminant, sous les étiquettes hutu et tutsi, des autochtones et des envahisseurs, le « vrai peuple » rwandais majoritaire et une « race de féodaux ».
Ce livre décrypte la construction de cette idéologie, trop méconnue, qui oppose les « vrais Africains » à des « faux nègres », ceux qu’on a appelés les Hamites depuis les années 1860 dans la littérature africaniste. Cette maturation se situe à la fois en Europe, dans l’histoire de l’anthropologie, et en Afrique, dans la logique des politiques coloniales, et elle se joue sur deux siècles, donc bien en amont de la crise des années 1990, et jusqu’à aujourd’hui. Le schéma racial dit « hamitique » est né de la même matrice intellectuelle que celui opposant Aryens et Sémites, qui a embrasé l’Europe dans les années 1930-1940.
"Ferme ta bouche " de Zita Naramé

Hilly peut être fière de son parcours. Sortie indemne du premier génocide des Tutsis rwandais en 1959, elle fuit les massacres en 1973, s’exile au Zaïre et devient agent de l’ONU. 

Une mutation au siège du CEPAS à Paris la hisse au poste d’assistante du Top Management.

Elle qui a déjà tant souffert ne peut imaginer ce qui l’attend. 

 

Un homme, Trevor, prend ses fonctions à la tête du département, avec un plan de réforme jugé révolutionnaire. Celui qui se dit proche de Bush est un escroc, plusieurs fois condamné en Californie pour discrimination raciale et harcèlement moral exercé sur des cadres issus des minorités. 

La vie de Hilly va à nouveau basculer… 

Livre à paraitre le 20 Janvier 2014.

Pour le commander, nous vous invitons à vous rendre sur le site

La vie des Batutsi du Rwanda sous la première et deuxième république (1959-1990) d’Antoine Mugesera

Persécutions et massacres antérieurs au génocide de 1990 à 1994

Observateur attentif et chroniqueur incisif des deux premières Républiques rwandaises, Antoine Mugesera brosse un portrait sensible et détaillé des conditions de vie réservées aux Tutsi du Rwanda de 1959 à 1990, à partir d’un fond foisonnant d’archives inédites, d’observations personnelles et de témoignages qu’il a scrupuleusement collectés et analysés. Des campagnes incendiaires, expulsions et déportations de Tutsi du tournant des années 1950-1960, aux discriminations, aux représailles et pogroms à l’encontre des Tutsi, le lecteur suit la genèse et le développement des processus d’exclusion, d’exacerbation du sentiment ethnique, de construction de la figure d’un ennemi intérieur, de légitimation de la violence extrême contre la composante tutsi de la nation rwandaise. La participation massive au génocide de 1994 ne peut se comprendre sans connaître ses antécédents. Antoine Mugesera les met à jour et montre que la tentative de « solution finale » du printemps 1994 résulte d’un processus politique et social entretenu avec constance pendant trois décennies. Un livre d’Antoine Mugesera, en kinyarwanda, sur la vie des Tutsi sous la deuxième république rwandaise, était paru aux Éditions Rwandaises, à Kigali, en mars 2004

Pour plus d’informations: http://www.izuba.info/info/rencontres-avec-a-mugesera-les-conditions-de,978.html

http://www.izuba.info/librairie/la-vie-des-batutsi-du-rwanda-premiere-deuxieme-republique/

La fantaisie des Dieux -Rwanda 1994

Une BD de Patrick De Saint-Exupéry et Hippolyte chez Les Arènes – 2014 Une bouleversante BD reportage revient, vingt ans après, sur le génocide le plus rapide de l’histoire… Cette année, les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale risquent hélas d’occulter un autre dramatique anniversaire: celui des 20 ans dugénocide rwandais. Avec 800.000 tués en cent jours, soit une productivité deux fois supérieure à la solution finale nazie de Treblinka, cette immense tragédie continue pourtant -c’est très légitime- à hanter les esprits. A fortiori de ceux qui y ont assisté. Comme Patrick de Saint-Exupéry, qui signe le scénario de La fantaisie des Dieux, une bande dessinée aussi poignante que riche en enseignements. Des témoins racontent Co-fondateur et rédacteur en chef de la revue XXI, Patrick de Saint-Exupéry était en reportage au Rwanda à la mi-mai 1994, soit à l’acmé du massacre. Après avoir publié, en 2004, l’essai L’inavouable, la France au Rwanda (éditions Les Arènes), ce Grand Reporter de formation est retourné à Kigali en compagnie du jeune dessinateur Hippolyte (Le maître de Ballantrae, Les ombres). Ensemble, ils ont rencontré acteurs, témoins et survivants du génocide dont les témoignages éclairent les propres souvenirs -toujours révoltés- du scénariste.

la suite dans ces liens: http://www.20minutes.fr/culture/1316302-une-bd-commemore-le-vingtieme-anniversaire-du-genocide-rwandais

http://culturebox.francetvinfo.fr/rwanda-20-ans-apres-commemorer-linnommable-152019

L’INNOMMABLE Agahomamunwa, Un récit du génocide des Tutsi d'Adélaïde Mukantabana
, Préface de Bruce Clarke

La mémoire, lourde de souvenirs effroyables de la tragédie rwandaise, a conduit Adélaïde Mukantabana à se battre avec les mots de la langue française, à ouvrir les mots du kinyarwanda, la langue rwandaise, pour en faire sortir la souffrance et la vie, enfin, à se reconstruire. Elle fait traverser toute l’étendue de l’orgie génocidaire, elle démasque les impostures de l’Eglise catholique rwandaise, celles du dictateur Habyarimana, celle de la politique française. Elle perce à jour de troublantes vérités.

Pour plus d’informations et commande:

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=49539

Le Génocide des Tutsi du Rwanda

Florent PITON

D’avril à juillet 1994, entre 800 000 et 1 million de Tutsi sont exterminés au Rwanda. Le dernier génocide du XXe siècle ne s’inscrit pourtant pas dans une histoire séculaire d’antagonisme ethnique. Il est le produit d’un racisme importé des sciences coloniales et réapproprié par une partie des acteurs politiques rwandais et de la population. Cet ouvrage analyse l’émergence et les évolutions de ce racisme, et la manière dont il conduisit au génocide et fut mis en actes par les pratiques de violence.
Il montre ainsi que l’extermination des Tutsi, quoique n’étant pas inéluctable, ne fut ni un accident ni une réaction spontanée. En évoquant aussi bien les tueries au plus près de leurs conditions d’exécution que le rôle des acteurs de l’État et de la communauté internationale, tout particulièrement l’ONU et la France, l’auteur inscrit cet événement au cœur de notre XXe siècle et des enjeux contemporains. L’analyse des questions mémorielles et judiciaires, et de la sortie du génocide, permet enfin de comprendre que ses conséquences se font ressentir aujourd’hui encore dans tous les aspects de la vie sociale.

Pour plus d’informations et commande du livre: https://www.collectionreperes.com/catalogue/index-Le_g__nocide_des_Tutsi_du_Rwanda-9782707190680.html

Rapport de la mission Génocides

Préface de Dominique Schnapper; Postface d’Henry Rousso; Édité par Vincent Duclert

 Installée le 18 octobre 2016, la Mission ministérielle d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse a remis au gouvernement un rapport de 1 700 pages dont la synthèse générale est publiée ici. Une équipe internationale de soixante-cinq chercheurs et professeurs a travaillé durant deux années pour établir un large bilan des savoirs sur les violences extrêmes, leur étendue dans le temps et leurs univers de destruction, entraînant l’anéantissement de populations entières, révélant la puissance exterminatrice d’États et d’idéologies.

Cette enquête sans équivalent atteste des connaissances élaborées depuis plus de vingt ans, depuis que le génocide des Tutsi du Rwanda a démontré que la Shoah ne serait plus la dernière catastrophe et qu’il convenait alors d’intensifier toutes les recherches. Celles-ci sont capables aujourd’hui de fonder des progrès convergents, tant dans l’enseignement et l’éducation que dans la muséographie et la documentation. Ces nouvelles connaissances s’appliquent à penser les univers de la mise à mort de masse, la résistance et le témoignage des victimes, le choix des justes comme la logique des bourreaux, les « avant » et les « après » qui redéfinissent les processus génocidaires, la politique des nations et le défi du droit, la volonté de déshumanisation et le devoir d’humanité.

De telles avancées heuristiques appellent des politiques de soutien. Sur la base de ses travaux, la Mission présente au gouvernement d’importantes recommandations pour doter nos sociétés des savoirs nécessaires à l’engagement contre les génocides, les crimes de masse, les violences extrêmes et les esclavages.

Pour plus d’informations et commande du rapport: http://www.cnrseditions.fr/histoire/7710-rapport-de-la-mission-genocides.html