Les délégations de la Mairie de Paris et du Mémorial de la Shoah accompagnées par Ibuka France se sont rendues au Rwanda du 2 au 5 juin 2019 . Ibuka France a été l’interface entre ces deux délégations d’une part, et le Rwanda d’autre part. 

Ibuka France avait pris les contacts nécessaires avec la CNLG (Commission Nationale de Lutte contre le Génocide), le Mémorial de Gisozi, Ibuka Rwanda et le Mémorial de Ntarama pour préparer et organiser les rencontres et les visites. 

La Mairie de Paris et le Mémorial de la Shoah avaient deux objectifs spécifiques distincts dans leur matérialité mais parfaitement bien articulés sur le fond. Le déplacement de la Maire de Paris à Kigali était justifié par la décision de Mme Anne Hidalgo, d’organiser dans la capitale rwandaise la réunion du bureau des Maires francophones en préparation de l’assemblée générale que cette institution tiendra à Phnom Penh au Cambodge en décembre prochain. 

Le but du voyage du Mémorial de la Shoah était de signer des accords de coopération en matière d’archivage et d’échange d’archives avec la CNLG, Ibuka Rwanda et une association présidée par une rescapée que nous connaissons bien, Emilienne Mukansoro. Un point de convergence reliait les deux objectifs : la mémoire. 

Un thème figurait à l’ordre du jour de la réunion du Bureau de l’AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) : Mémoire et résilience. Il a été discuté en fin de matinée le lundi 3 juin. Ibuka France a été invité à animer les échanges. Concrètement, le Président d’Ibuka France a ouvert la session par le partage de son expérience en France. En particulier, il a témoigné devant les Maires, de sa collaboration avec la Mairie de Paris pour la promotion de la mémoire du génocide des Tutsi du Rwanda. Il a conclu en demandant aux élus de promouvoir un nouvel humanisme fait du respect de la dignité humaine, du devoir de compassion.

Jeanne Allaire, membre du Conseil d’Administration d’Ibuka France et rescapée a pris la parole au nom de tous les rescapés, pour remercier la Maire de Paris d’avoir pris en compte leur demande de considération. Parmi les participants, il y a la présence des Maires de Paris, de Kigali, Ouagadougou, Dakar, Nouakchott… Tous ont soutenu l’idée que la protection de l’humanité était au fondement de l’appel à protéger la planète. Ce débat sera repris à l’assemblée générale de décembre à Phnom Penh, avec l’intention de créer au sein de cette association un réseau sur la mémoire.

Dans l’après midi du 3 juin, la délégation des Maires a croisé celle du Mémorial de la Shoah à Gisozi pour rendre hommage aux victimes du génocide des Tutsi. Ensemble, ils ont procédé à la cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs.  Puis, après la visite du Musée, le Directeur du Mémorial de la Shoah et le Secrétaire exécutif de la CNLG ont procédé, dans une salle du Mémorial de Gisozi et devant les deux Maires de Paris et de Kigali, à la signature de leur convention sur la communication des archives. 

Dans la matinée du mardi 4 juin, les deux délégations se sont de nouveau retrouvées à Nyanza. A la demande d’Ibuka France et en accord avec Ibuka Rwanda, la visite de ce site a été marquée par le témoignage de Mme Spéciose Kanyabugoyi. Rescapée de l’ETO, Mme Kanyabugoyi était la mieux placée pour dire l’importance du site de Nyanza, lieu emblématique de l’intolérable laisser faire de l’ONU en 1994 ! De sa voix douce et pleine d’émotion, assise sur une chaise posée dans une allée entre les tombes, devant un auditoire en demi – cercle, elle a raconté l’histoire de l’espoir assassiné, le passage de la foi à la désillusion, de la protection à l’abandon, du basculement d’un monde d’ordre sécurisé par les soldats de l’ONU au chaos régi par des bandes de tueurs sadiques et sans pitié, armées par un Etat devenu criminel.

Après ce témoignage, toutes les délégations se sont rendues dans la grande salle d’Ibuka Rwanda pour la signature de la convention entre Jaques Fredj (pour le Mémorial de la Shoah) et Jean Pierre Dusingizemungu (pour Ibuka Rwanda). Dans cette séquence, Ibuka France est sortie du décor pour occuper une place un peu plus au centre. 

Enfin, dans son discours, un très bon discours, le président d’Ibuka Rwanda a souligné le rôle d’Ibuka France dans la mobilisation d’acteurs français dans le travail de la mémoire. A travers ce discours, le Président Ibuka Rwanda a révélé un grand plan pour le site de Nyanza. Ce site héberge aujourd’hui 96 000 corps. Il a accueilli les 84 000 corps venus récemment de Kabuga. Il illustre parfaitement bien la faillite de la Communauté internationale. Il est sur la route qui bientôt reliera l’aéroport international du Bugesera et la ville de Kigali.  Il n’est pas impossible que dans un proche avenir, Nyanza supplante Gisozi !

A l’issue de la visite de Nyanza, Mme Anne Hidalgo et Mr Jacques Fredj ont été invités à planter chacun un arbre, umunyinya, arbre symbole du dialogue dans le Jardin de la mémoire, une version enrichie et nettement améliorée du projet de Bruce Clarke ! Umunyinya est le second arbre des trois espèces qui seront plantées dans ce jardin. Le premier a été planté par la First Lady. 

De Nyanza, toutes les délégations sont allées directement à Ntarama (Nyamata). Jean Damascène nous avait rejoints à Nyanza. Il a présidé la visite de Ntarama. Un guide a fait l’historique du Bugesera et de Ntarama. Puis les visiteurs ont parcouru l’église, la sacristie, la cuisine et l’école du dimanche, ainsi que le caveau où sont aujourd’hui superposés les cercueils dans lesquels sont déposés les corps jadis entremêlés sur les bancs de l’église. Le visage de tous affichait un total ébranlement. Ce n’était pas une visite de trop ! Il fallait qu’ils sortent, ne serait-ce qu’un petit peu, de la ville de Kigali.

Une autre bonne nouvelle : le Maire de Strasbourg faisait partie du voyage. Dès notre rencontre à la descente de l’avion à Kigali, il a découvert qu’il y a des rescapés sur son territoire. A l’occasion de la session sur Mémoire et résilience, il a compris que d’autres Maires avaient déjà créé de lieux de mémoire. Avant la fin de sa seconde journée au Rwanda, il a promis de faire quelque chose à Strasbourg.

Enfin, les différentes délégations ont ramené de leur voyage une impression positive du pays, à cause des réalisations qu’ils ont vues et de la chaleur de l’accueil qui leur a été réservé.

Pour aller plus loin sur ce voyage, quelques médias en ont parlé:

  • En ce qui concerne la Mairie de Paris : 

Sur le compte Tweet de la Maire de Paris https://twitter.com/Anne_Hidalgo et la Maire de @CityofKigali du 5 juin 2019 :

« Nous avons signé un accord de coopération pour que nos deux capitales apprennent l’une de l’autre, sur des sujets comme la participation citoyenne, les nouvelles technologies, la protection de l’environnement et bien entendu la mémoire».

  • Selon le  journal ActuDaily, toute l’actualité de l’Afrique, Le Mémorial s’est engagé sur trois volets: dans la poursuite des criminels, la lutte contre le négationnisme et dans la recherche sur le génocide des Tutsi.

 

Shares