• Objectif: en 1994, la case du Rwanda a brûlé. Les assassins l’ont littéralement mise à sac. En vain, les enfants ont imploré la pitié des voisins aux cœurs endurcis par la propagande et la haine. Pour échapper à la mort, les plus vaillants ont couru jusqu’à perdre haleine, fuyant les meurtriers d’ici sans savoir qu’ils étaient dans tous les pays. En trois mois, la destruction des vies, des choses et des valeurs était totale. Aujourd’hui, elle s’est relevée. La vie repousse sur les ruines de la mort. Quels sont les grands chantiers (décryptage de l’histoire, de l’éducation, de la justice, de la mémoire, de la reconstruction de l’Etat et de la nation, dans un pays où victimes et bourreaux vivent et cohabitent ; décryptage également de la construction d’une économie puissante malgré l’absence de ressources et la situation d’enclavement et de crise régionale profonde et durable) ? Quels sont les ressorts qui sous-tendent ces grands chantiers ? Quels sont les défis, les limites ? Quel est l’impact sur la région et le continent ?
  • Partenaire: EHESS (elle réunira les chercheurs en sciences sociales).
  • Objectif: dire le Rwanda d’après le génocide.
  • Lieu : EHESS,  Amphi François Furet, de 9h00 à 18h00

 

 

Shares