Les Banyarwanda au Nord-Kivu (Congo) représentent 50% de la population de cette province. Ces populations transfrontalières à cheval sur le Rwanda et le Bufumbira ougandais se retrouvent de façon récurrente au coeur du débat congolais autour non seulement de la question de la nationalité, mais aussi de leur intégration politique et économique dans le contexte d’un Congo en mutation profonde. La décision de créer de nouvelles entités administratives en 1962 fut la pomme de discorde qui divisa les élus du Kivu. Les guerres successives au Nord-Kivu depuis l’indépendance, ainsi que les lois successives sur la nationalité qui ont fait les populations Banyarwanda des apatrides depuis 1981 puisent leur virulence dans l’opposition entre « autochtones » et « allogènes ». Dans ce livre nous démontrons que la qualification Banyarwanda recouvre des situations historiques et sociales complexes. À défaut d’un État capable d’imposer une régulation politique, les Banyarwanda se retrouvent en définitive des citoyens constamment en sursis.

Pour plus d’informations et commande, cliquez ICI

Shares