NUIT ET BROUILLARD SUR LE RWANDA

Auteur : Jean Chatain
Année de parution : 2020
Édition : Izuba
Genre : Essai

15,00

5 en stock

Jean Chatain découvre les horreurs perpétrées par les milices et les troupes gouvernementales plus enclines à massacrer les Tutsi qu’à affronter les troupes du FPR. La litanie des charniers, les cadavres qu’il voit charriés par l’Akagera, source du Nil, nous pénètrent d’émotion. Sous sa plume, une sorte de nouveau « Exterminez toutes ces brutes ! » de Sven Lindqvist s’est écrit en 1994.

« Un travail d’information et d’explication sur le génocide des Tutsi tout à fait remarquable. »

Au fond de ces récits d’horreurs, Jean Chatain essaie de comprendre la mécanique de « cette machine à tuer son peuple ».
Il observe que les colonisateurs inspirés par des théoriciens racistes, dont le marquis de Gobineau, ont inventé des races à partir des différences sociales et ont inculqué cette haine raciale entre Rwandais qui fit recommander par Léon Mugesera de couper la tête des Tutsi et de les jeter dans la Nyabarongo, cet affluent du Nil, pour les renvoyer là d’où ils seraient prétendument venus, l’Abyssinie.
Il rappelle que l’intervention militaire de la France a plusieurs fois « sauvé la mise » à ce régime qui prépare un génocide.
Les explications de Jean Chatain durant le génocide sont d’une lucidité profonde.
Il est un des rares journalites à avoir été témoin et à avoir informé, pendant le génocide des Tutsi, sur les massacres que les soldats du FPR découvrent au fur et à mesure de leur avancée.
Dans un langage très sobre mais empreint d’émotion, il décrit l’horreur des massacres, l’horreur dans l’horreur même : le génocide.
La relecture des textes de Jean Chatain reste d’actualité tant que la genèse et les mécanismes du génocide des Tutsi n’ont pas tous été élucidés. Et ils ne le sont toujours pas…

Revue de presse

« Un travail d’information et d’explication sur le génocide des Tutsi tout à fait remarquable. »Jean Chatain découvre les horreurs perpétrées par les milices et les troupes gouvernementales plus enclines à massacrer les Tutsi qu’à affronter les troupes du FPR. La litanie des charniers, les cadavres qu’il voit charriés par l’Akagera, source du Nil, nous pénètrent d’émotion.Sous sa plume, une sorte de nouveau « Exterminez toutes ces brutes ! » de Sven Lindqvist s’est écrit en 1994.
Au fond de ces récits d’horreurs,Jean Chatain essaie de comprendre la mécanique de « cette machine à tuer son peuple ».Il observe que les colonisateurs inspirés par des théoriciens racistes, dont le marquis de Gobineau, ont inventé des races à partir des différences sociales et ont inculqué cette haine raciale entre Rwandais qui fit recommander par Léon Mugesera de couper la tête des Tutsi et de les jeter dans la Nyabarongo, cet affluent du Nil, pour les renvoyer là d’où ils seraient prétendument venus, l’Abyssinie.
Il rappelle que l’intervention militaire de la France a plusieurs fois « sauvé la mise » à ce régime qui prépare un génocide.
Les explications de Jean Chatain durant le génocide sont d’une lucidité profonde.Il est un des rares journalites à avoir été témoin et à avoir informé, pendant le génocide des Tutsi, sur les massacres que les soldats du FPR découvrent au fur et à mesure de leur avancée.
Dans un langage très sobre mais empreint d’émotion,il décrit l’horreur des massacres, l’horreur dans l’horreur même : le génocide.La relecture des textes de Jean Chatain reste d’actualité tant que la genèse et les mécanismes du génocide des Tutsi n’ont pas tous été élucidés. Et ils ne le sont toujours pas…Jean a vérifié les épreuves de ce livre et, alors qu’au début il ne voyait pas l’intérêt de rééditer ses articles sur le génocide des Tutsi, il était finalement impatient de voir paraître cet ouvrage.
C’est avec consternation que nous avons appris son décès ce 5 décembre 2019.

Biographie de l’auteur

Jean Chatain est décédé le 5 décembre 2019Journaliste à L’Humanité (1980-2007), Jean Chatain fut l’envoyé spécial de ce journal au Rwanda d’avril à juillet 1994. Il a couvert le génocide planifié par le gouvernement autoproclamé. Outre les articles publiés, il photographie ce dont il est témoin. En 1994, il va produire un travail extraordinaire sur les lieux mêmes du génocide contre les Tutsi. Il s’y rend à deux reprises. En avril, dans l’est du pays, à Mulindi, puis en juillet à Kigali et dans le Nord. »Des travaux de l’Assemblée nationale en France au génocide du Rwanda, il était un journaliste hors pair. Un de ces journalistes si rares aujourd’hui qui avait une haute considération de cette profession et n’oubliait jamais la responsabilité qui lui était confiée, celle d’informer, parfois au péril de sa vie, comme au Rwanda. » – Pierre Barbancey, L’Humanité

Informations complémentaires

DÉTAILS

ASIN : B083N17RVS
Éditeur : Izuba (10 janvier 2020)
Langue : : Français
ISBN-13 : 979-1093440095
Poids de l’article : 349 g
Dimensions : 1.2 x 0.3 x 2.2 cm