NOS ACTIONS

commémorations

Les Nations Unies ont décrété le 7 avril, journée internationale de la commémoration du génocide commis contre Tutsi. Les évènements annuels sont un moyen de lutte contre l’oubli et permettent de préserver la mémoire des victimes du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994. Tous les ans, Ibuka France s’engage à célébrer ce triste anniversaire à travers des témoignages, à se réunir pour se recueillir ensemble. 

 

Communiqué de Presse d’Ibuka France et ses programmes de commémorations 2016

La Mairie de Paris rend hommage aux victimes du génocide des Tutsi du Rwanda en dédiant à leur mémoire un espace vert. Situé dans le Parc de Choisy (Paris XIII), cet espace sera inauguré (à 10 h 45) le 7 avril 2016, date anniversaire de ce génocide. Vous êtes tous conviés à ce moment d’humanité pour dire non à tout extrémisme meurtrier.. A ce jour, à la demande de l’association Ibuka France, des autres associations de rescapés et/ou amies des rescapés, sept lieux de mémoire du génocide des Tutsi ont été créés en France [Cluny (71), Dieulefit (26), Bègles (33), Toulouse (31), Chalette-sur-Loing (45) et deux à Paris (75)]. Le silence des témoins a couvert le génocide. Le prolonger fait le lit du négationnisme. Ceux qui le font participent, sciemment ou non à leur insu, à la réalisation du rêve d’effacement qui, pendant le génocide, animait les meurtriers. Aussi, au nom des victimes et des rescapés, Ibuka France remercie les élus qui, par ce geste de reconnaissance du crime et d’inscription de sa mémoire dans l’espace public, redonnent l’espérance aux rescapés en rompant leur isolement, effectuent un travail d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité humaine.

Ce que nous souhaitons: que le haut sommet de l’Etat entende ce message qui émane du peuple français, prenant en compte le mouvement et l’amplifiant par une parole publique claire qui ne soit ni polémique ni réponse à polémique, fasse la transparence totale sur les sources de manière à promouvoir la recherche historique sur le génocide des Tutsi, adopte des dispositions juridiques réprimant la négation du génocide des Tutsi ainsi que des mesures d’appui aux parties civiles qui aujourd’hui supportent seules le fardeau financier lié à l’instruction de dossiers de rwandais que la France a accueillis sur son sol, mais que leurs compatriotes accusent d’actes de génocide ou de complicité dans le génocide.

Fait à Paris, le 5 avril 2016

Nos progammes en France

  1. A Paris, en deux temps forts:
    • Inauguration du Jardin de la Mémoire dédié aux victimes du génocide des Tutsi co-organisée par la Mairie de Paris et Ibuka France; voici le programme de la matinée par la Mairie de Paris

Quelques vidéos au jardin de la mémoire :

      • Discours de Marcel Kabanda, ICI
      • Témoignage de Jeanne Allaire, ICI
      • Discours de la Maire de Paris, ICI
      • Témoignage de soutien des élèves de l’école Vicq d’Azir: ICI
    • Une veillée commémorative dont le programme est 
    • ci-jointQuelques vidéos à la veillée :
      • Lecture d’un extrait du livre d’Adélaïde par Espérance Patureau, ICI
      • Chant de reccueillement arménien, ICI
      • Témoignage d’Aimable Kubana, rescapé du génocide des Tutsi, ICI

2. A Nantes : ci-joint le programme 

3. A Rennes, ci-joint le programme 

4. A Toulouse, ci-joint le programme

5. A Strasbourg, ci-joint le programme

6. A Bordeaux, ci-joint le programme

Nos programmes des commémorations en France :

  • à Paris, ICI
  •  à Bordeaux-Bègles, ICI 
  • à Dieulefit, ICI
  • à Rennes, ICI
  •  à Nantes, ICI
  •  à Toulouse, ICI

Communiqué de Presse d’Ibuka France du 6 avril 2018

Demain le 7 avril 2018, Ibuka France, en partenariat avec la Mairie de Paris, organise au Jardin de la Mémoire situé dans le Parc de Choisy (Paris XIII), une cérémonie publique marquant la 24ème commémoration du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda. Nous avons le plaisir de vous convier à ce moment de célébration de la communauté humaine. Ibuka France saisit cette occasion pour remercier toutes celles et tous ceux qui, depuis 24 ans, apportent leur soutien aux rescapés par leur accompagnement dans l’hommage aux victimes.

Depuis 24 ans, ce génocide est documenté. Avec courage, les rescapés ont témoigné. Leur parole a été recueillie par les journalistes, les chercheurs en sciences sociales, les réalisateurs de films documentaires et de fiction ainsi que par les officiers de police judicaire. Néanmoins, nous sommes profondément préoccupés, parfois meurtris, de voir que certains continuent de s’en moquer, le tournent en dérision, se livrent à des calculs d’équilibrage dont l’objectif est la négation quand ils ne reprennent pas purement et simplement, à l’encontre des victimes, les clichés racistes des médias rwandais du génocide.

Au nom de nos disparus dont la mémoire est le ressort de notre existence, au nom de l’humanité blessée par l’humiliation d’enfants, de femmes et d’hommes, tués pour le seul fait d’être nés Tutsi :

  • Nous demandons au Ministre de l’Education nationale de réagir au scandale de la banalisation du négationnisme. Il est plus que jamais indispensable d’inscrire dans les programmes d’enseignement l’histoire des génocides. C’est un levier à l’initiation aux valeurs qui sont aux fondements de notre civilisation, au sens de la responsabilité et à la compréhension du monde.
  • Nous demandons au Garde des Sceaux de consacrer des moyens humains et matériels suffisants pour que les informations judiciaires visant des suspects de génocide réfugiés en France puissent trouver leur aboutissement dans des délais raisonnables. Beaucoup de ressortissants rwandais ont été accueillis en France sans examen préalable de leur parcours, en 1994, dans leur pays d’origine. Il serait contraire aux lois de la République de faire de la France un havre de paix pour les pires criminels.
  • Nous demandons au Président de la République de mettre un terme aux polémiques sur l’implication de Paris dans le génocide perpétré contre les Tutsi par une parole claire et forte qui puisse répondre aux questions qui se posent à la lecture des témoignages récurrents et des archives qui nous parviennent à compte-gouttes.

Programmes des commémorations en France

1- A Paris
En partenariat avec la Mairie de Paris, Ibuka France vous invite à la cérémonie en hommage aux victimes du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994
le Samedi 7 avril 2018 à 13h45 au Jardin de la Mémoire (Parc de Choisy) Paris 13ème 
Votre invitation est ci-dessous: 

Cette cérémonie sera suivie d’un dépôt de gerbes de fleurs à la stèle commémorative au cimetière du Père Lachaise et d’une veillée à partir de 19h30 au siège de Médecins du Monde.

Programme détaillé, ICI

Vous y êtes cordialement conviés.

  • PARC DE CHOISY À 13h45
    Entrée : 153, avenue de Choisy, face à la rue Toussaint-Féron 75013 Paris
  • CIMETIÈRE PÈRE LACHAISE À 16h00
    Entrée : 71, rue des Rondeaux, 88ème Division, allée des Fédérés 75020 Paris
  • SIÈGE DE MÉDECINS DU MONDE À 19h30
    62, Rue Marcadet, 75018 Paris

2- A LYON LE 7 AVRIL 2018 À 11h00

Invitation jointe 

3- A CHALETTE LE 15 AVRIL 2018 À 11h00

Invitation jointe 

4- A RENNES LE 15 AVRIL 2018 À 13h15, en partenariat avec les associations Subiruseke et Survie Rennes

Invitation jointe 

5- Dans le cadre de la 24ème commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda,

Ibuka France, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah à Paris, a organisé une rencontre le dimanche 24 juin 2018 sur la Transmission et Reconstruction.

Lorsque des lignées entières ont disparu avec leur potentiel de dire, leurs savoirs, leur mémoire et leur pouvoir de création, les générations d’après, en particulier celles qui n’ont pas connu le temps d’avant, se trouvent dans la situation de devoir inventer le langage, la signification des mots et la compréhension du monde, de nouvelles modalités de relation aux autres et d’être au monde. Pour y parvenir, elles ont besoin de rencontrer des personnes qui possèdent la mémoire d’avant et qui peuvent fournir les fragments nécessaires à la fabrication du fil de la continuité humaine.

En présence d’Antoine Mugesera, écrivainThérèse Rosenberger, témoin, et des anciens enfants rescapés Félicité Lyamukuru, écrivaineCédric Manzi Ndagijimana et Franck Kamali.

Animée par Marcel Kabanda, président d’Ibuka France, Régine Waintrater, psychanalyste, et Amélie Mutarabayire Schafer, psychothérapeute

En partenariat avec le Mémorial de la Shoah, quelques colloques ont été organisés dans les locaux de cette institution. Pour visionner ces rencontres sur le site du Mémorial de la Shoah, cliquez ICI