Recension médias Février-Mars 2020

Cher membre, cher sympathisant,

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un colloque visant à propager la haine anti-Tutsi s’est tenu le 9 mars dernier sous les ors du Sénat français. 

Avec d’autres associations amies (la Communauté rwandaise de France et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) nous avons expressément demandé au Président du Sénat l’annulation de ce colloque. 

Nous n’avons malheureusement pas été entendus par le pouvoir politique mais notre démarche a quand même été relayée dans de nombreux médias comme vous pourrez le constater dans la pièce ci-jointe intitulée « Ibuka-France – Recension médias », en cliquant ICI 

La précision sémantique est toutefois essentielle lorsqu’il s’agit de combattre la rhétorique négationniste. Aussi, nous déplorons l’utilisation encore trop systématique des expressions « génocide rwandais » ou « génocide au Rwanda » par les journalistes.

Nous profitons du présent message pour vous joindre quelques éléments de synthèse sur le négationnisme du génocide contre les Tutsi, cliquez ICI

Cérémonies des 26èmes commémorations en France

A moins d’un mois, les cérémonies de commémorations en France commenceront, célébrant le 26ème anniversaire du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994.

Les programmes détaillés suivront prochainement:

À Paris : le 7 Avril 2020, cérémonie organisée par Ibuka France

Contact : Ildephonse Ngaruye 

e-mail : ingaruye@wanadoo.fr

À Bordeaux : le 7 Avril 2020, cérémonie organisée par l’association Cauri 

Contact : Adélaïde  Mukantabana 

e-mail : ntegethomas@yahoo.fr

A Toulouse : le 7 Avril 2020, cérémonie organisée par la CRT (Communauté Rwandaise de Toulouse)

Contact : Jeanne Uwimbabazi

e-mail : j_uwimba@yahoo.fr

À Lyon : le 11 Avril 2020, cérémonie organisée par la Cellule d’Ibuka France

Contact : Jean Paul Ruta

e-mail : rutajeanpaul@yahoo.fr

À Nantes : le 18 Avril 2020, cérémonie organisée par l’association Subiruseke

Contact : Amélie Schafer 

e-mail : amelieschafer@gmail.com

À Chalette : le 19 Avril 2020, cérémonie organisée par la Cellule d’Ibuka France

Contact : Espérance Patureau

e-mail : esperance.patureau@aol.fr

À Strasbourg : le 24 Mai 2020, cérémonie organisée par l’association Amariza d’Alsace

Contact : Immaculée Cattier

e-mail : immacullee.cattier@free.fr

Nous comptons sur la présence de vous tous selon les villes où vous vous trouvez pour rendre hommage aux victimes dont la mémoire est le ressort de notre existence.

Pour imprimer ou plus d’informations sur l’agenda des cérémonies en France, cliquez, ICI

Communiqué de Presse d’Ibuka France et de la CRF

Génocide contre les Tutsi : la CRF et Ibuka-France demandent l’annulation d’un « colloque » au Sénat

Les deux associations s’indignent de la tenue au Sénat, le lundi 9 mars 2020, d’un « colloque » réunissant des personnalités connues pour leurs prises de position remettant en cause la vérité historique du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994.

Le 29 février 2020 dernier, la Communauté Rwandaise de France (CRF) et Ibuka-France ont publiquement adressé à M. Gérard Larcher, président du Sénat, une protestation contre la tenue d’un « colloque », au Palais du Luxembourg, intitulé « L’Afrique des Grands Lacs : 60 ans d’instabilité ».

Au nombre des conférenciers conviés à s’exprimer apparaissent en effet les noms de plusieurs personnalités connues pour leur travail incessant de banalisation, minoration et/ou négation du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994. Ces faits sont punis par l’article 24 bis de loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

À quelques semaines de la première commémoration nationale du dernier génocide du XX siècle, comment expliquer qu’une institution officielle de la République française ouvre ses portes aux faussaires de cette histoire qui continuent, sans relâche, d’offenser la vérité historique et la mémoire d’un million d’assassiné-es et de l’ensemble des rescapé-es ? 

En dépit d’une pétition comptant plusieurs milliers de signataires, d’articles publiés dans la presse et de notre demande conjointe d’éclaircissements adressée à la présidence du Sénat, nous n’avons, à ce jour, reçu pour seule réponse qu’un silence qui ne cesse de nous inquiéter.

Les mots ne suffisent pas. Nous demandons que les institutions de l’État s’opposent à toute forme de négationnisme du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda, comme nous pensions que l’y obligerait l’inscription dans la loi de sa commémoration annuelle et officielle par le Décret n° 2019-435 du 13 mai 2019.

L’honneur de la France, si aisément brandi par les responsables qui entendent la représenter, ne saurait s’accommoder d’un compagnonnage honteux avec ceux dont l’œuvre ne vise qu’à mettre en doute la réalité d’un crime contre (faut-il le rappeler ?) l’humanité, et donc à en parachever l’accomplissement.

Nous exigeons donc l’annulation de cette réunion du 9 mars 2020. 

Nous l’exigeons au nom des victimes dont la mémoire serait une nouvelle fois bafouée.

Nous l’exigeons au nom des survivants et survivantes qui ne doivent pas se sentir, une nouvelle fois, abandonné-es.

Nous l’exigeons au nom des valeurs dont la République française se revendique la représentante. 

Pour la CRF

Angélique U. INGABIRE

06 59 95 78 81

Pour Ibuka-France

Étienne Nsanzimana

06 21 08 33 94

Retour sur l’assemblée générale d’Ibuka France

 L’assemblée générale annuelle ordinaire de l’association Ibuka France s’est tenue le 8 février 2020 à Paris.

  • Le rapport moral et le rapport d’activités exercice 2019 ont été approuvés et votés à l’unanimité par l’Assemblée Générale.
  • Le rapport financier exercice 2019 présenté par le Secrétaire général sortant a été approuvé et voté à l’unanimité par l’Assemblée Générale.

L’Assemblée Générale a élu et validé le nouveau Bureau composé par : 

     1- Président : Etienne Nsanzimana

     2- Vice-Présidente : Jessica Mwiza Gérondal

     3- Secrétaire Général : Ildephonse Ngaruye

     4- Secrétaire Générale Adjointe: Enatha  Munderere

     5- Trésorier : Gloriose Umugwaneza

     6- Trésorier Adjoint : Christian Kalisa 

Bravo à la nouvelle équipe et bonne continuation

Inauguration d’une stèle commémorative en hommage aux victimes du génocide des Tutsi à Strasbourg, ce 27 janvier 2020

 Message du Président d’Ibuka France, Marcel Kabanda, au Maire de Strasbourg , lu par Jeanne Kayigirwa Allaire, sa représentante à la cérémonie.

La date du 27 janvier est dédiée à la mémoire des génocides. Ibuka France salue la mémoire des victimes du génocide des Arméniens, de la Shoah et des Tutsi. L’inauguration d’une stèle en la mémoire des victimes du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda répond parfaitement à l’appel de la Communauté internationale à une prise de conscience des menaces contre l’humanité et à semer dans les esprits les graines des défenses de la paix, à savoir, la solidarité, la fraternité, la responsabilité….

Cette belle stèle est le fruit d’une histoire, d’un travail que nous tenons à saluer. Notre premier salut va à l’association Amariza d’Alsace et à tous ses membres qui ont été la cheville ouvrière de cet évènement. Nous pensons aussi à toutes les personnes qui travaillent depuis des années à transmettre la mémoire et l’histoire du génocide des Tutsi dans cette région de France mais qui se trouve au cœur de l’histoire tourmentée de l’Europe mais aussi, et ceci est important, de la géographie d’un continent réconcilié.

Il y a exactement deux ans, le 27 Janvier 2018, nous avons inauguré une plaque avec le Maire de Lutterbach (68460) en mémoire des victimes de tous les génocides et crimes contre l’humanité. Aujourd’hui, c’est dans la capitale de l’Alsace qu’une stèle en hommage aux victimes tutsi est installée. Comme une tâche d’huile, la connaissance de l’histoire de ce génocide prend de l’ampleur. Nous espérons en retour, un recul de l’indifférence, du déni et du négationnisme. 

Enfin, nous tenons à dire un grand merci à Monsieur le Maire de Strasbourg, Monsieur Roland Ries ainsi qu’à vos collaborateurs. Lorsque nous l’avons rencontré à Kigali en juin dernier à l’occasion de la réunion du bureau de l’Association des Maires francophones, il a promis de faire participer la Ville de Strasbourg à l’hommage que d’autres villes de France ont déjà commencé à rendre à la mémoire du génocide des Tutsi du Rwanda. Il l’a fait. Qu’il soit remercié. En effet, son geste va au-delà des Tutsi, du Rwanda et des Rwandais. C’est l’ensemble de la population de Strasbourg qu’il fait rentrer dans le combat pour protéger l’humanité. 

Pour terminer, cette ville a maintenant un héritage. Elle a le devoir de l’entretenir et de le faire fructifier. En raison de son ancrage dans l’histoire et dans la géographie de l’Europe, nous attendons d’elle qu’elle participe au déploiement de cet héritage au-delà des frontières hexagonales. Ce n’est pas un héritage comme les autres. Il s’agit de la mémoire d’un moment de grande rupture de l’humanité. Notre appartenance à cette même humanité nous demande de ne pas oublier ces moments, de garder et de transmettre la mémoire de celles et ceux qui en ont été directement victimes. Certes, la rupture a affecté des individus dans un espace particulier, mais elle nous concerne tous quelque soit le lieu où nous puissions nous trouver. A cet égard, je me dois de relayer le message que nous a transmis le 22 janvier dernier un rescapé de la Shoah : ne jamais laisser personne seule, même dans l’enfer, la solidarité peut rendre la vie possible (libre traduction). Communier à la mémoire des victimes d’un crime commis loin de nous, participer à sa transmission, est sans doute la meilleure manière d’apprendre aux jeunes que la solidarité humaine relève de l’absolu. 

Marcel Kabanda, Président d’Ibuka France

Communiqué de Presse

A l’occasion de la journée internationale de l’Holocauste, ce 27 janvier 2020, Ibuka France se joint à la Communauté internationale pour rendre hommage à la mémoire des victimes des génocides perpétrés pendant le XXème siècle. Nous pensons aux victimes du génocide des Arméniens, de la Shoah, aux victimes du génocide des Tutsi, à toutes les vies que la barbarie de l’homme a brisées. Il est de notre devoir de garder et de transmettre la mémoire de ces grands moments de rupture dans notre humanité. Ils font partie de notre héritage quelque soit l’endroit où nous nous trouvons.

Le XXIème siècle n’a pas commencé sous des auspices meilleurs. Notre actualité est riche en mauvaises nouvelles. Ici et là, des extrémismes en tous genres, des radicalismes identitaires et leur cortège de peur et du rejet de l’autre se font jour. Ailleurs, des individus ou des groupes d’individus sont persécutés, traqués, torturés, assassinés ou contraints de vivre dans la privation et/ou dans la clandestinité lorsqu’ils ne se jettent pas à corps perdus sur le chemin périlleux de l’exil. 

L’humanité est notre maison commune. Il nous appartient de la réparer chaque fois qu’elle se fissure et de prévenir tout ce qui pourrait menacer la quiétude et la joie de vivre des enfants, des femmes et des hommes qu’elle accueille. La récurrence des crimes contre l’humanité dans l’histoire a montré que le défi est considérable. Selon le témoignage d’un rescapé de la Shoah entendu le 22 janvier 2020 à l’UNESCO, seule la culture du partage et de la solidarité permettrait d’y parvenir. Il est urgent d’armer la jeunesse en semant dans leur esprit les graines du vivre ensemble et de la responsabilité.

Marcel Kabanda, Président d’Ibuka France

Invitation à l’assemblée générale du 08 Février 2020

L’assemblée générale annuelle ordinaire de votre association se tiendra le Samedi 08 Février 2020 de 14h à 18h00 . Vous êtes cordialement invité-e

Lieu : 

5 Bis, rue du Louvre 

75001 Paris

L’ordre du jour : 

1- Présentation du Rapport moral, d’activités et Financier 

2- Vote des rapports 

3- Perspectives de l’association 

4- Questions diverses

5- Renouvellement du Conseil d’Administration (CA) et du Bureau 

Rappels

1- Le CA et le bureau actuels arrivent au terme de leur mandat. Leur renouvellement est un signe de l’engagement de chacun et un gage de la pérennité de notre association. C’est donc une AG ordinaire à caractère exceptionnel.

2- Pour le bon déroulement des activités de votre association, nous vous demandons, à l’occasion de cette Assemblée générale annuelle, de vous acquitter, si vous ne l’avez pas encore fait, de votre cotisation de l’année 2019 et d’en faire autant pour 2020 d’un montant de 20 Euros par chèque à l’ordre d’Ibuka France et l’envoyer à l’adresse : Maison des Associations, 23, rue Greneta, 75002 PARIS 

ou le faire en ligne sur notre site sécurisé, https://www.ibuka-france.org/je-fais-un-don/

N comptons sur votre présence et soutien

e-mail : contact@ibuka-france.org

Assemblée générale de la Cellule d’Ibuka à Chalette

Notre Assemblée Générale aura lieu le dimanche 26 janvier 2020 14h à la Maison des Associations de Chalette :

l’ordre du jour sera le suivant :

présentation et vote du rapport moral, du rapport d’activités et des projets à venir, et du rapport financier

informations diverses

questions et échanges

Nous clôturerons cette réunion par un moment de partage autour d’une galette.

Assemblée générale d’Ibuka Rhône-Alpes

La Cellule locale d’Ibuka France, Ibuka Rhône-Alpes tient son Assemblée générale annuelle le samedi 25 janvier 2020 de 15h00 à 17h30

Adresse: Chez Locaux Motiv’ au 10 bis rue Jangot 69007 Lyon (Métro D arrêt Guillotière ou Saxe Gambetta et tram T1 arrêt Guillotière ou St André).

Ordre du jour:

  • Présentation des rapports moral, d’activités et financier 2019
  • Vote des rapports 
  • Élection du nouveau conseil d’administration et du bureau 
  • Projets et perspectives d’avenir 

N.B. Merci de penser à votre adhésion pour 2020 par chèque, espèces ou virement (IBAN: 30002  01036  0000099069X  07)

Nous vous souhaitons en avance nos meilleurs vœux à vous et tous ceux qui vous sont chers.

Indignation et stupéfaction d’Ibuka France

Ibuka France a écrit une lettre à la Présidente Directrice Générale aux Éditions Larousse pour réagir au contenu du dictionnaire Larousse Junior 2020 .

Notre association est stupéfaite et scandalisée de découvrir l’article publié sur le Rwanda dans l’édition LAROUSSE Junior 2020. Selon votre ouvrage, ce pays aurait donc été dévasté par « la guerre civile entre les deux peuples qui l’habitent, les Hutu et les Tutsi ». 

Vingt-cinq ans après, vous ne pouvez pas ignorer qu’il s’agit d’un génocide. Plusieurs livres et articles ont été publiés à ce sujet. Des procès ont été tenus et des condamnations ont été prononcées. Un arrêt de 2006 du Tribunal pénal international qui siégeait à Arusha en Tanzanie, l’a consacré comme un fait de notoriété publique [V. notamment l’affaire n° ICTR-98-44-AR73(C)].

En outre, depuis le décret n° 2019-435 du 13 mai 2019 « relatif à la commémoration annuelle du génocide des Tutsi », le génocide perpétré contre les Tutsi est entré dans la mémoire collective française et fait désormais partie des programmes d’enseignement. 

A l’heure où il apparaît essentiel d’éduquer les jeunes à honorer la mémoire des victimes, pour les sensibiliser sur des valeurs de tolérance et le mieux vivre ensemble en paix, votre contribution sur le Rwanda est un contre-témoignage car elle prêche la banalisation d’un génocide. 

Comment expliquer alors cet article ? Une incapacité à distinguer « guerre civile » et « génocide » ? Un parti pris négationniste ou un déficit d’information et de connaissances sur l’événement majeur de la fin du XXème siècle ? Est-ce parce que c’est l’Afrique, ce continent où tous les chats sont noirs et dont il serait permis de parler sans chercher vraiment à le connaître ?

Nous exigeons des mesures appropriées pour réparer cette offense à la mémoire des victimes et stopper ce qui ressemble très fort à une tentative d’intoxication de la jeunesse.

Je vous remercie pour votre attention. 

Marcel KABANDA, Président d’Ibuka France